mercredi 13 février 2013

mon trail de soulaires


Retour sur le trail de soulaires ou je participe pour la 2 eme fois (2012 et 2013) a cette course nocturne placer au cœur de la Beauce entre chartres et Epernon

Apres une journée assez tranquille je pars vers 16h30 accompagner de mon fan club (la petite famille et belle maman) qui on eut le mérite de m’attendre pendant 2 heures avec les 0°C ambiant

 

Arrivé sur soulaires vers 17h40 on part chercher mon drossart la petite scène est installer comme l’an dernier pour l’échauffement donner par deux bénévole je rentre dans l’aire de ravitaillement sa sent déjà bon la soupe personne n’attend pour le retrait du 18kms parfait on repart à la voiture le temps de me préparer et il est déjà 18h15 on repart pour le briefing d’avant course le speaker nous signale que nous sommes 500 traileur ce soir soit plus que d’habitant (pas mal) après un échauffement en musique et un petit mot du maire et le départ du 9 kms est donner il me reste donc 15 min pour m’échauffer

Ca y est c’est notre tour je me calle un peut derrière chose que je ne ferais plus car j’ai dû mettre 1,5km pour me caller à mon rythme on enchaine les singles et chemin ou les tracteurs on laisser leur trace le terrain est gorger d’eau je saute de chaque côté du chemin un coup a gauche un coup a droite pour trouver un peu de sec mais c’est plus  « Holiday on ice »

On enchaine très vite les difficultés j’alterne entre course et marche à pied dans les cotes ou j’essai de m’aider des genoux pour avancer le déniveler est bien plus présent cette année (360mD+) je m’apercevrais par la suite que le parcourt a été inverser par rapport à l’année dernière

Des obstacles sympa seront présent sur le parcourt tronc d’arbre coucher comme des sauts de haies ruisseau à enjamber  dont un ou une corde est là pour aider à monter juste après le passage d’eau (mes gants s’en souviennent)


J’arrive au 16 kms et j’aperçois le panneau 2kms je me dis que il faut tout donner c’est la fin je sens les boulettes de boue qui me tape dans les cuisses j’ai les pieds lourds je glisse à chaque pas les reflexe ne sont plus aussi bon

A la sortie de la foret j’aperçois les lampadaires de la ville j’entends que ça revient derrière je donne tout ce qu’il me reste et fini en 1h40 avec une 63eme place 9 de mieux que l’an dernier avec 1min de plus ce qui me dit que je ne suis pas le seul à en avoir bavé

Je récupère un petit cadeau le classique tee-shirt technique un petit mot au micro du speaker toujours aussi sympa et  je retrouve mon fan club le temps de me changer et d’avalé une soupe bien chaude avec un ravitaillement aussi impressionnant que l’an dernier

Pour finir une course toujours aussi sympa une organisation au top et des bénévoles souriant une bonne adresse pour se faire plaisir

2 commentaires:

  1. je t ai déjà dit qu il faut pas se mettre en queue de peleton !!!!!!

    RépondreSupprimer